The Eroticism of Things – Museum der Dinge, Berlin
2 mai – 27 août 2018

 

GENRES | LIRE HUGUES DEMEUSY
HORNET | ENTRETIEN AVEC JEFF LEAVELL

Qu’est-ce qui rend les choses érotiques ?
S’agit-il de la représentation explicite de corps nus et de pratiques sexuelles ? Ou est-ce la forme, la couleur et la matérialité implicitement suggestive des choses elles-mêmes ? Certaines choses sont destinées à un usage érotique dès le départ, d’autres ne sont érotisées que rétrospectivement. Cette exposition s’appuie sur les collections des sexologues Magnus Hirschfeld (1868-1935) et Alfred C. Kinsey (1894-1956) et de la collectionneuse d’art Naomi Wilzig (1934-2015).

En passant, Marc Martin, 2018.
Le vestiaire collectif, lieu de passage intensif, sexué, malodorant, rudimentaire, symbolise pour moi la passerelle entre deux univers qui se chevauchent en permanence : l’instant d’avant ou l’instant d’après. Cet endroit concrétise dans mon imaginaire, la clef d’un passage secret. Il offre à mon approche une multitude de possibles fantasmés ; de situations furtives, donc précieuses à capturer. Comme une balade en fraude dans un monde aux frontières floues, extrêmement érotique à mon goût. Homme à la tâche, a priori, n’est pas en posture de séduction. Sa mission n’est pas de séduire mais bien d’accomplir ! Pourtant, dans son bleu de travail, l’ouvrier symbolise l’homme actif dans toute sa splendeur. La sueur à l’ouvrage, la main à la pâte, sont autant de pulsions suscitées à ses dépens. Ordinaire et banal dans sa nudité, le corps de l’homme au travail, exulte d’accessoires, d’outils, de motifs récurrents, sublimant ainsi la grisaille du quotidien.

Depuis plus de 15 ans, l’artiste Marc Martin explore dans ses œuvres un rapport fétichiste onirique associé à la masculinité. Entre poésie et pornographie. Cette installation est un parcours artistique entre les objets qui évoquent l’érotisme latent d’un vestiaire masculin. L’accumulation de baskets usagées de différentes tailles, couleurs et matériaux, avec différentes senteurs et origines, de différentes époques, illustre le fétichisme de l’objet dans toute sa diversité.

 

THE EROTICISM OF THINGS
MUSEUM DER DINGE, BERLIN

Collections sur l’histoire de la sexualité
(exposition collective)

Du 2 mai au 27 août 2018
Commissariat Hannes Hacke